Les implications fiscales de l’achat de followers sur Instagram : taxes et déclarations pour les influenceurs

De nos jours, les influenceurs sont de plus en plus nombreux à évoluer sur Instagram et à monétiser leur présence en ligne. Ce phénomène a conduit certains d’entre eux à acheter des followers pour accroître leur visibilité et attirer davantage de publicités. Cependant, cette pratique soulève plusieurs questions, notamment en ce qui concerne les implications fiscales liées à l’achat de followers sur Instagram. Dans cet article, nous aborderons les différents aspects fiscaux auxquels les influenceurs doivent faire face lorsqu’ils achètent des followers.

La nature des revenus générés par l’achat de followers

Avant d’aborder la question des taxes et déclarations, il est important de comprendre la nature des revenus générés par l’achat de followers sur Instagram. En effet, ces revenus sont généralement issus de la publicité, du partenariat ou encore du placement de produits. Ils sont donc considérés comme des bénéfices non commerciaux (BNC) ou comme des bénéfices industriels et commerciaux (BIC), selon le type d’activité exercée.

Dans tous les cas, les influenceurs doivent déclarer ces revenus au titre de l’impôt sur le revenu dans la catégorie correspondante. La distinction entre BNC et BIC est cruciale car elle conditionne le régime fiscal applicable aux bénéfices réalisés ainsi que les obligations déclaratives y afférentes.

Le régime fiscal applicable aux influenceurs

Les influenceurs sont soumis à différents régimes fiscaux en fonction de la nature de leurs revenus et de leur situation personnelle. Pour les BNC, deux régimes sont possibles :

  • Le régime micro-BNC : il s’applique aux influenceurs dont les recettes annuelles ne dépassent pas 72 600 euros (en 2021). Le bénéfice imposable est déterminé forfaitairement, avec un abattement pour frais professionnels de 34%.
  • Le régime réel : il concerne les influenceurs dont les recettes annuelles dépassent le seuil du micro-BNC ou qui y renoncent volontairement. Le bénéfice imposable est calculé selon les dépenses réelles engagées par l’influenceur.
A découvrir aussi  Quel est le rôle des huissiers de justice dans la médiation et l'arbitrage en France?

Pour les BIC, on distingue également deux régimes :

  • Le régime micro-BIC : il s’applique aux influenceurs dont les recettes annuelles ne dépassent pas 176 200 euros (en 2021) pour une activité de vente ou de fourniture de logement, et à 72 600 euros pour les autres activités. Le bénéfice imposable est déterminé forfaitairement, avec un abattement pour frais professionnels de 50% ou 71%, selon l’activité exercée.
  • Le régime réel : il concerne les influenceurs dont les recettes annuelles dépassent le seuil du micro-BIC ou qui y renoncent volontairement. Le bénéfice imposable est calculé selon les dépenses réelles engagées par l’influenceur.

Les obligations déclaratives des influenceurs

En ce qui concerne les obligations déclaratives, les influenceurs doivent respecter plusieurs échéances et remplir diverses formalités. Les principales déclarations à effectuer sont les suivantes :

  • La déclaration d’existence auprès du Centre de formalités des entreprises (CFE) compétent : cette démarche est obligatoire pour tous les influenceurs exerçant une activité professionnelle, quelle que soit la nature de leurs revenus.
  • La déclaration annuelle de résultats : elle doit être souscrite par tous les influenceurs soumis au régime réel, qu’ils relèvent des BNC ou des BIC. Les formulaires à remplir varient selon le régime fiscal applicable.
  • La déclaration complémentaire de revenus n°2042-C-PRO : elle doit être souscrite par tous les influenceurs soumis au régime micro-BNC ou micro-BIC. Cette déclaration permet de mentionner les recettes perçues au titre de l’activité exercée.

L’achat de followers et la TVA

Enfin, il convient d’évoquer la question de la TVA applicable à l’achat de followers sur Instagram. En principe, cette opération est soumise à la TVA au taux normal en vigueur dans le pays du prestataire qui fournit les followers. Toutefois, si l’influenceur achète des followers auprès d’un prestataire établi hors de l’Union européenne, il peut être redevable de la TVA selon le mécanisme de l’autoliquidation.

A découvrir aussi  Résilier son assurance auto : comment gérer les sinistres en attente ?

En conclusion, l’achat de followers sur Instagram soulève plusieurs questions fiscales pour les influenceurs. Ces derniers doivent veiller à bien déclarer leurs revenus et respecter les obligations déclaratives qui leur sont imposées. De plus, ils doivent être attentifs aux règles relatives à la TVA lorsqu’ils achètent des followers auprès de prestataires étrangers.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*